2021

Le Journal

de Jazz in Marciac

Retour
Souvenirs

Marciac 2018

Il n’y a plus d’après à Saint-Germaindes-Prés...

, chantait Gréco sous l’emprise d’une nostalgie tenace. Se pourrait-il que, bientôt six décennies après la sentence amère de cette chanson-culte, Marciac ait institué un droit aux prolongations ? C’est trop peu dire que le retombement n’a pas eu lieu : à peine la noce a-t-elle eu le temps de digérer les agapes du quarantième anniversaire que d’autres plats de résistance lui tendaient les bras ! Le florilège de Souvenirs que vous avez entre les mains montre bien cette verdeur qui ne se limite pas aux couleurs agrestes des collines du Gers : cette sève permanente, on la retrouve dans l’état d’esprit des artistes venant rencontrer le public marciacais. Du jazz pour tous et pour chacun, suffisamment accueillant pour admettre des légendes du rock ou de la folk comme Santana et Joan Baez, lesquelles ont dû trouver gratifiant de poser leurs notes et leur voix sur une herbe de même nature que celle qui les accueillit naguère à Woodstock. On ne sera pas étonnés d’apprendre qu’avec de tels semeurs, elle y repousse plus drue et plus verte encore, une fois le chapiteau remisé, quand le rugby reprend ses droits dès la fin de l¹été. « Il n’y a plus d’après à Saint-Germaindes-Prés... » ? Qu’à cela ne tienne : à Marciac, on pense déjà à demain et après-demain...

 

Chazz Belmonte

© Arkade, Marciac.

© Arkade, Marciac.